Ciné Corner - 1 rue de l’école de médecine - 01.43.26.17.13 / 01.43.26.74.47|cinecorner@free.fr

Êtes-vous un vrai cinéphile ?

Home/Cinéma d'auteur, Le magasin/Êtes-vous un vrai cinéphile ?

cinéphile

 

Évidemment, si vous êtes arrivé sur ce site, la réponse est oui. Maintenant, on sait que la cinéphilie, c’est une question de chapelles, de courants, d’idéaux. Avec une rigueur toute scientifique, l’équipe de Ciné Corner s’est penchée sur la question : à quoi peut-on reconnaître un vrai cinéphile ? Voici le résultat de notre étude.

1 – Le cinéphile ne veut pas revoir ses films d’enfance

Le cinéphile se pique d’esprit critique. Par conséquent, alors que les classiques comme les nouveautés passent à la moulinette de son regard acéré, il se refusera à revoir ses films d’enfance. Le Magicien d’Oz, L’Histoire sans fin ou Willow resteront donc dans sa mémoire – et dans son esprit critique – exempt de défauts, même si Judy Garland est insupportable, que Falcor le dragon de la fortune a une tête d’épagneul et qu’on a pas idée d’appeler une méchante Bavmorda.

2 – Le cinéphile en veut personnellement aux réalisateurs (et aux acteurs)

Le cinéphile demande à ses cinéastes, acteurs et actrices favorites d’être à la hauteur du culte qu’il leur voue. Au moindre faux pas, la passion prend ainsi des allures de vendetta personnelle.

C’est d’ailleurs la meilleure façon de savoir si un cinéaste populaire est devenu respectable est de consulter sa base de fans : Christopher Nolan, après la scène de la mort de Marion Cotillard dans The Dark Knight, a été largement critiqué, tandis que personne n’en veut à Peter Jackson pour Lovely Bones. Et pourtant… Encore raté, Peter !

3 – Le cinéphile étudie le vaudou pour punir les mangeurs de pop corn

Le cinéphile considère que la salle (ou le canapé dans sa salle de visionnage personnelle) sont des temples : le silence est requis, le respect, attendu. Gare à celui ou celle qui commentera le film à haute voix, farfouillera négligemment dans son seau à pop-corn pour récupérer les derniers grains ou, pire que tout, laissera sonner son téléphone mobile !

Face à ces philistins, le cinéphile se rencogne dans son siège, ruminant une vengeance sanglante et brutale à base de torture graphique et d’exposition prolongée à l’intégrale audio de Violetta. Mais, le plus souvent, il n’en fait rien : digne et silencieux, il respecte le silence dû au film – même s’il doit être le seul dans la salle à le faire…

4 – Le cinéphile organise des soirées DVD (au détriment de sa vie amicale traditionnelle)

Le cinéphile considère comme un sacerdoce de répandre la bonne parole. Par conséquent, il organise à domicile des projections (ou visionnage, selon son installation) de pépites rares et inédites. Ce qui serait tout à fait louable s’il ne poussait pas jusqu’à trouver un film pour chaque occasion : À l’ouest, rien de nouveau pour un 11-novembre, Halloween pour un 31-octobre, Peter’s Friends pour un anniversaire… Quant à Quatre mariages et un enterrement, il tentera bien sûr de le diffuser à son mariage, à celui de ses amis – et éventuellement à son propre enterrement.

5 – Le cinéphile préfère les originaux

Parce qu’un remake, c’est forcément mauvais. En tout cas, moins bon que l’original. Pas de chance pour lui, le cinéphile oublie souvent que les Dracula de Tod Browning, The Thing de John Carpenter ou L’Invasion des profanateurs de Don Siegel ne sont pas les premiers du nom.

Face à cette évidence, le cinéphile se retranche avec dignité derrière des arguments comme « ah, oui, c’est vrai, mais pour ces films-là, c’est pas pareil ! ».

6 – Le cinéphile fuit les blockbusters

Le cinéphile ne se donne pas le droit d’apprécier les films grand public. Si on le surprend dans l’assistance d’Expendables III ou du dernier Marvel, le cinéphile glissera à son interlocuteur, avec un air de conspirateur : « il faut connaître l’ennemi ».

7 – Le cinéphile n’est pas très doué pour les discussions mondaines

Ne laissez jamais le cinéphile orienter la conversation sur son sujet de prédilection pendant une soirée : il est possible qu’il tienne la parole pour deux bonnes heures.

Le lendemain, il demandera à ses hôtes fatigués d’une nuit de fête : « je suis désolé, je parle un peu trop, non ? ».

8 – Le cinéphile a 800 DVD de retard

Le cinéphile ne sait pas résister à la curiosité : la nouvelle édition d’un film culte, la sortie d’une nouveauté inconnue, la découverte d’une occasion convoitée… Rare est celui ou celle qui saura ne pas repartir avec son petit lot de films sous le bras.

Par conséquent, le cinéphile a toujours deux ans et demi (sans dormir) de films en retard à regarder.

9 – Le cinéphile a toujours une citation de prête (ou une anecdote)

Citations et anecdotes filmiques sont la base du small talk cinéphilique – l’amateur de cinéma va donc cultiver un répertoire de bons mots dans ce sens, la citation la plus importante restant celle de Boris Vian, lorsqu’il disait que, de tous les arts, le cinéma était le plus complet. Généralement, le cinéphile, tout fier, parvient à donner l’impression que la citation est de lui.

10 – Le cinéphile regarde les films en VO

Un film, c’est une œuvre dont le cinéphile respecte l’intégrité – et donc, pour lequel il fait l’effort de lire les sous-titres plutôt que de préférer une version doublée. S’il est vraiment dévoué à la cause, le cinéphile ira même jusqu’à apprendre la langue des films, afin d’en retirer, comme on dit, la « substantifique moelle ».

Le cinéphile est par conséquent particulièrement sévère avec les petits enfants et les amateurs de doublage. Pour reconnaître un cinéphile venu chercher ses gamins devant l’école, c’est simple : tendez l’oreille. Alors que les petits entonnent pour la centième fois les chansons de La Reine des neiges en français, le cinéphile est celui qui va prendre un air ennuyé et chantonner, dans sa barbe, les paroles de la chanson originale.

About the Author: