Ciné Corner - 1 rue de l’école de médecine - 01.43.26.17.13 / 01.43.26.74.47|cinecorner@free.fr

Le classique du mois : Chat noir chat blanc

Home/Cinéma d'auteur, Classique du moment/Le classique du mois : Chat noir chat blanc

« This is the beginning of a beautiful friendship »

Malgré la citation de Casablanca qui lui sert de colonne vertébrale, Chat noir chat blanc, plutôt que le début d’une belle amitié, signale la fin de l’idylle sans nuage entre le public français et le réalisateur serbe : ses prises de position lors du conflit en ex-Yougoslavie valent à Emir Kusturica une aura peu enviable, comme proche des bourreaux du conflit.

Pourtant, Chat noir chat blanc contient tous les éléments qui ont fait le succès du réalisateur, depuis Le Temps des gitans – la parenthèse de huis-clos surréaliste d’Arizona Dream demeurant une parenthèse – : le foisonnement des personnages, les dialogues mitraillés comme pour un avatar tardif des comédies screwball, une humanité réelle perçant incidemment sous le fleuve narratif…

Chat noir chat blanc se veut avant tout une fable sur l’amitié, sur l’absurdité des vieilles rancœurs, sur l’opposition idiote entre deux familles : ce n’est rien moins, en fait, que Roméo et Juliette, avec juste un peu plus de chats, de vieux édentés, et de cochons mangeant des voitures. Paradoxalement, c’est le film le plus universaliste, le plus œcuménique de son réalisateur, qu’on accusera pourtant bientôt de choix idéologiques infamants.

7

About the Author: